Légende du cygne de l'étang du Boisberrangers

Présentation

Cette jolie légende relate l’histoire d’un couple d’amoureux. Mais, à notre époque, les coupls qui ont la chance d’apercevoir la jeune fille (transformée en cygne), peuvent être sûr d’un union sans faille.

Voici deux versions de l’histoire. Les versions ont quelques différences, mais finalement se complètent assez bien, et chacune de ces deux versions a un charme propre.

Première version

# Ceci est la version de l’almanach de 1938 dans l’article “Une antique Légende du Pays d’Ernée” :

« Blanche, la fille de l’un des seigneurs du Boisberranger, la famille noble la plus ancienne du Pays d’Ernée, encore subsistante, dont le castel s’élevait jadis sur le bord de l’étang de ce nom, s’était fiancée au fils de l’un des Seigneurs du voisinage. Celui-ci, obéissant à l’appel de ceux qui voulaient libérer la Terre-Sainte du joug des impies, prit la Croix et s’en alla combattre les Turcs.

Longtemps sa fiancée l’attendit, mais un jour vint où le doute ne fut plus possible : l’un des Croisés, de retour au pays, confirma la nouvelle de son noble trépas. Blanche, dont l’amour n’avait fait que croître au cours des longues années d’attente, ne put surmonter son chagrin. Dans son accès de désespoir, elle se jeta à l’eau.

La légende ajoute qu’elle fut transformée en un cygne blanc qui, à certains jours de l’année, voguait au clair de lune sur l’étang, comme s’il attendait le retour du Chevalier. Heureux, ajoutait-elle, en manière de conclusion, les fiancés qui l’aperçoivent; ils sont assurés que leur union sera marquée du sceau d’une fidélité totale ! »

Seconde version

# La seconde version provient d’un article issu d’un prospectus touristique ancien “Ernée, Porte de la Bretagne” :

« Aux environs de la ferme du Boisberranger s’élevait, il y a bien longtemps, un antique manoir. Il était habité par un seigneur et sa fille. Celle-ci était très belle et faisait l’admiration de tous ceux qui la voyaient. Sa bonté et sa beauté étaient reconnues dans tout le pays.

Un jour, près de l’étang de Boisberranger, la jeune fille rencontra un jeune homme accompagné de son père. Ceux-ci habitaient à quelques lieux seulement du vieux manoir. Le jeune homme fut frappé de la beauté de la jeune châtelaine; il ne tarda pas à en devenir amoureux et elle accepta son amour.

Quelques temps après, le jeune homme partit en guerre dans un pays lointain. Alors il fut décidé que leur union aurait lieu dès que la guerre serait achevée.

Une année s’écoula, la jeune apprit que son fiancé allait bientôt revenir. Sa joie était grande, malheureusement elle fut de courte durée : le jeune homme fut blessé et succomba loin de chez lui.

La jeune fille, voyant ses espérances anéanties et ses désirs évanouis, se précipita dans l’étang du Boisberranger.

Dans ce pays, on dit que souvent, pendant les claires et douces nuits d’été, on aperçoit sur l’étang un cygne d’une blancheur éclatante.

C’est, prétend-on, “l’âme de la jeune fille” qui apparaît sous cette forme. On ajoute que les plus grands malheurs frapperaient ceux qui voudraient tuer le bel oiseau ou s’en emparer. »

Sources

  • sur la légende “Le cygne de l’étang du Boisberranger” : almanach de 1938, l’annuaire des Cantons d’Ernée, Chailland, Landivy, Gorron, Mayenne Ouest et Environs, 12ème année, “Une antique Légende du Pays d’Ernée”
  • “Ernée, Porte de la Bretagne”, prospectus touristique sur Ernée

“Au Pays d’Ernée” ( www.renoulin.fr/aupaysdernee ) par Christian Renoulin.

 
 


 
histoire/legendes/cygneetangboisberrangers.txt · Dernière modification: 2008/10/05 19:29
 
Recent changes RSS feed Creative Commons License Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki